Quand un pays est à ce point clivé volontairement. Quand une moitié d’électeurs en est réduite à qualifier l’autre d’anti-Français ou d’anti-républicain. Quand les médias et les sondeurs d’opinion jouent aux pompiers pyromanes en vendant des élections comme une série télévisée depuis deux ans. On peut logiquement parier que la prise de conscience et le retour à la réalité seront difficiles.

Honte à ceux qui jettent des seaux de kérosène sur des braises ardentes qui ne demandent qu’à s’enflammer. Il faut à tout prix que nous, le grand peuple de France, ne cédions pas à l’hystérie et à la pression qui nous sont imposées par les maîtres ayant atteints des sommets de cynisme au cours de cette élection. Avec de tels outils de propagande, les régimes les plus totalitaires que nous avons connus n’auraient jamais pu être déchus.

Sortons le plus tôt possible d’une séquence indigne de notre pays et gardons espoir. Des hommes et des femmes de bonne volonté se lèveront dignement, peut-être ceints d’une écharpe blanche, intimant un « halte au feu » serein et déterminé pour l’avenir de nos enfants.

Jean Lassalle