RETISSONS LE LIEN SOCIAL DÉCHIRÉ

RETISSONS LE LIEN SOCIAL DÉCHIRÉ

On ressent dans les quartiers défavorisés les effets du basculement du monde. Le commissariat de police et les services sociaux des années 1960 ont été sacrifiés. Le chômage de masse a emporté deux générations. Le manque d’éducation, de perspectives, le sentiment d’abandon et d’inutilité, ont alimenté la haine de l’autre, la haine du « sachant », de celui qui travaille, qui a l’air d’avoir une vie normale. L’économie de la drogue s’est installée. Ces quartiers sont une ligne de front, alors que notre pays est menacé de rupture entre riches et pauvres et de conflits entre communautés, dont les attentats terroristes n’auraient été que des secousses annonciatrices.

Reconstruisons une économie libérée de la financiarisation et formons massivement aux emplois de demain, qui peinent déjà à trouver des candidats : mettons fin au chômage de masse. Réinstallons les services publics. Garantissons la liberté religieuse, débarrassée d’influences extérieures. Rétablissons le servie national, civil ou militaire, pour que tous les garçons et filles entrent dans la vie active avec une expérience de missions réussies, à plusieurs, pour l’intérêt général. »